Liberación sensorial

Palacio de Bellas Artes, México, 2015.

Objectif
L’objectif était d’interpeler le visiteur sur le rôle du muralisme mexicain en tant qu’art populaire destiné à promouvoir la conscience sociale. Le prototype élaboré proposait une expérience dynamique et multi-sensorielle de l’œuvre Liberación “La humanidad se libera de la miseria”, peinte en 1960 par Jorge González Camarena (1908-1980).

Proposition
En respectant la trame narrative tripartite, le visiteur mime tour à tour les postures des personnages principaux, passant du statut de contemplateur à celui d’acteur. Un détecteur de mouvement déclenche des ambiances sonores, chromatiques et visuelles associées à la composition de la toile : l’esclavage physique et moral, la libération physique, la libération spirituelle et la régénération.

Au terme du processus de libération, le visiteur a établi un dialogue avec l’œuvre, son message, sa propre expérience et l’histoire collective.